Livraison gratuite au Canada* pour un minimum d'achat de 45 $ i

Granola biologique, à quel prix?

Pourquoi ne pas produire un granola biologique à 100%? L’agriculture biologique ne date pas d’hier. Pourtant, malgré une demande croissante, c’est encore un sujet complexe pour les sociétés alimentaires. Chez Fourmi Bionique, le biologique est au cœur de nos priorités, avec l’approvisionnement local, dans la production de nos granolas, collations et pour nos ingrédients en vrac. Pour autant, nous devons constamment porter une réflexion sur la manière de l’introduire dans notre offre, car le biologique a un coût et demande à faire des compromis. Faut-il privilégier le bio ou le local? Le bio ou l’équitable? La certification biologique est-elle toujours un gage de qualité? Nous vous disons tout dans cet article.

granola-biologique-noix-graines

Pourquoi un granola biologique?

La certification biologique garantie que 70% ou plus d’ingrédients biologiques sont utilisés dans la recette. Mais qu’est-ce que ça veut dire? Un ingrédient dit bio a été produit dans le cadre d’une gestion durable de l’agriculture et du respect de la biodiversité. En somme, c’est un mode de production qui écarte l’utilisation de produits chimiques de synthèse et d’OGM. L’agriculture bio recycle les matières organiques et applique une rotation des cultures pour préserver les terres.

Elle garantit donc un plus grand respect du produit, de l’environnement et très certainement de la santé. En effet, une étude récente menée par l’INSERM (institut français de recherche en santé) sur près de 69 000 personnes et relayée dans le Journal of the American Médical Association (JAMA), montre qu’il y a 25% de cancer en moins chez les personnes qui consomment régulièrement du bio. Pour en savoir plus.

Ce sont toutes ces raisons qui nous incitent à mettre le bio au cœur de nos réflexions.

Granola: Faut-il privilégier le bio ou le local?

C’est une question importante, car le bio local est souvent plus cher qu’à l’étranger. De plus, tous les ingrédients ne sont pas produits partout. Essayez de produire de la noix de coco biologique ici… C’est là que nous devons nous poser les bonnes questions. Quand faut-il acheter biologique et quand faut-il acheter local?

granola-biologique-champs

Plusieurs fait à prendre en compte

– La disponibilité de l’ingrédient en version biologique.

– Il n’y a pas de bio pour tout le monde : cela ne représente que 1 % de l’ensemble de la production agricole.

Tous les approvisionnements biologiques ne se valent pas. Il peut y avoir des différences au niveau des cahier des charges du biologique selon les pays, bien qu’il y ait des équivalences/accords entre pays. Et lorsqu’on sait que 90 % des eaux souterraines chinoises sont polluées, on est en droit de se poser la question. Source consoglobe.com.

– S’approvisionner de façon locale en agriculture conventionnelle a parfois moins d’impact sur l’écologie, la santé et l’économie, que de s’approvisionner en bio à l’autre bout du monde. Source Équiterre. Pour info, le secteur alimentaire représente 15 à 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Source Gaïa Presse.

– Fournir des produits 100% biologiques à prix coercitifs n’est pas une démarche progressiste. Elle ne permet pas de démocratiser son accès au plus grand nombre.

– Produire bio à bas prix peut conduire à des abus. Fraude (le miel est très concerné par exemple), pression sur les employés (bas salaires, emplois clandestins, travail au noir…) ou encore sur l’écologie lorsque la demande est forte et qu’il faut produire toujours plus (dérives industrielles, assèchement des terres…). Source Radio Canada.

– Tous les produits issus de l’agriculture conventionnelle ne sont pas autant exposés aux pesticides. En savoir plus.

Ne pas proposer un granola biologique a aussi un coût!

L’agriculture biologique peut donc avoir ses dérives. Lorsque l’option du bio local est impossible, le choix revient donc aux entreprises. Offrir du 100% bio, quitte à renoncer à la philosophie qui va avec et au risque de devoir modifier sa recette/son produit, ou y renoncer quitte à perdre des parts de marché. Comme on dit : dans tout choix il y a un renoncement.

Ne pas être estampillé granola biologique peut avoir de nombreuses répercussions pour une entreprise. Cela peut fermer les portes de certains points de vente spécialisés, d’une partie de la clientèle et même de certains pays où la législation est plus restrictive (en Europe particulièrement).

Chez Fourmi Bionique, nous avons fait des choix que nous assumons, mais qui parfois nous ferment des portes. Nous avons en effet décidé de mettre la qualité de nos produits au centre de tout. C’est pourquoi nous nous approvisionnons en biologique local lorsque cela est possible, mais pas à tout prix.

Pour faire des produits biologiques et moins chers, nous aurions pu choisir par exemple d’utiliser uniquement du sucre de canne biologique. Cependant, notre volonté de respecter le caractère artisanal de nos recettes et de proposer des granolas sains et premiums nous a conduit à continuer à ajouter du miel local, un ingrédient de luxe. Et nous sommes les rares à le faire! Malheureusement, difficile d’utiliser du miel biologique local, car la production est faible et le prix élevé. Nous aurions également pu acheter du miel bio importé, mais nous préférons mettre de l’avant les produits de qualité de notre terroir.

granola-biologique-miel

Fourmi Bionique : des ingrédients bio, locaux et équitables

Nous vous partageons ici en toute transparence les arbitrages que nous avons faits pour vous proposer des des recettes saines et qualitatives.

L’approvisionnement biologique local concerne principalement les produits céréaliers que l’on trouve facilement au Québec : avoine, épeautre, seigle et orge.

Les produits que nous souhaitons avoir en biologiques mais dont l’approvisionnement est difficile au Québec sont importés auprès de distributeur québécois qui nous en assure la qualité et la traçabilité. Cela concerne le sucre de canne, la noix de coco (dont la farine et le sucre de coco), les graines de sésame, les graines de lin, le chocolat blanc, le chocolat noir 71%, le chocolat au lait et caramel, le chocolat espresso, les raisins thompson, le tamari, le ginseng sibérien, les pétales de souci, la poudre d’astragale, la poudre de maca, la poudre d’orme rouge, les baies de sureau, racine de guimauve, le thé matcha.

Il y a ensuite des produits dont nous tenions à nous approvisionner au Québec, quitte à faire appel à l’agriculture conventionnelle. Il s’agit du miel, du sirop d’érable, des canneberges, du chocolat Geneviève Grandbois.

Enfin, nous avions également à cœur de nous assurer que certains produits proviennent d’un approvisionnement équitable. Les chocolats biologiques noir 71%, espresso et lait et caramel, la poudre de cacao.

Par ailleurs, l’origine locale, bio ou équitable de chaque recette est précisée sur nos emballages.

granola-biologique-gamme-grand-granola

La certification biologique de notre Grand Granola

La gamme Grand Granola est certifiée Ecocert Canada dans la catégorie 70 à 95% d’ingrédients biologiques, les autres ingrédients étant conventionnels et sans OGM. Cette certification répond au cahier des charges strict du CARTV et un audit est effectué chaque année. Il consiste en une validation des ingrédients, des méthodes et des processus de préparation selon le référentiel. L’objectif étant de veiller au respect de l’intégrité biologique des produits tout au long de la chaine de production. Pour en savoir plus, rendez-vous sur Ecocert Canada.

Sulfites: pourquoi s’en passer?

Vous ne le saviez probablement pas, mais tous nos granolas, collations et ingrédients en vrac sont sans sulfites! Dans cet article, nous allons vous expliquer pourquoi nous avons fait le choix de produits et recettes sans sulfites.

Qu’est-ce que les sulfites?

Ce sont des sels de l’anhydride sulfureux aux propriétés antioxydantes et antiseptiques. Ils sont ainsi utilisés dans l’industrie alimentaire comme conservateurs. Ce que l’on sait moins, c’est qu’ils sont aussi naturellement présents dans certains aliments et dans l’organisme.

Au final, on peut en trouver un peu partout dans notre alimentation quotidienne à différents dosages. En grande quantité dans les fruits secs, dans le vin, le cidre, la bière alcoolisée ou non, les jus de citron ou lime embouteillés, les fruits séchés, les crustacés, les plats industriels, le vinaigre, les cornichons, la moutarde, les charcuteries…

bleuets-sans-sulfites

Quelle réglementation pour l’affichage ?

Au Canada, les sulfites doivent affichés sur l’emballage. Soit dans la liste des ingrédients, soit avec une mention «Contient des Sulfites», dès lors qu’ils sont ajoutés directement à un aliment comme additifs alimentaires ou que leur quantité dépasse 10 ppm (10 parties par million dans le produit fini). Depuis quelques temps, la dénomination contient obligatoirement le terme «sulfites» pour éviter toute confusion.

En Europe également, la déclaration de la présence de sulfites dans les aliments est obligatoire dès lors que leur concentration atteint 10 mg/kg ou 10 mg/L. Les divers types de sulfites seront alors désignés sous ces codes : E 220 (anhydride sulfureux), E 221 (sulfite de sodium), E 223 (bisulfite de sodium), E 224 (métabisulfite de sodium), E 225 (sulfite de potassium), E 226 (sulfite de calcium), E 227 (bisulfite de calcium), E 228 (sulfite acide de potassium).

On peut néanmoins se poser la question des produits non emballés susceptibles d’en contenir (crevettes par exemple).

Pourquoi des recettes sans sulfites?

À La Fourmi Bionique, nous avons un cahier des charges strict lorsque nous développons des recettes. Depuis nos débuts, nous souhaitons choisir les ingrédients les plus naturels et les plus sains pour nos recettes, donc sans sulfites.

Pour la plupart des gens, leur consommation est sans danger. Cependant, certaines personnes y sont sensibilité ou intolérance. Elles peuvent avoir une réaction présentant les mêmes symptômes qu’une allergie (voir Allergies Alimentaires Canada). Les effets secondaires peuvent être plus ou moins graves (voir l’article de Diététique Lyon): migraines, démangeaisons/urticaires, crises hémorroïdaires, des éternuements, des douleurs abdominales, des crises d’asthme… jusqu’au choc anaphylactiques.

Si vous êtes intolérants à l’aspirine, vous avez des chances de faire des réactions parfois violentes aux sulfites. Cela touche également plus les personnes asthmatiques. Il est donc vital dans ces cas de les éviter. Malheureusement, les problématiques des sulfites sont moins à la mode et moins exposés que peut l’être le gluten et peu de consommateurs y sont vraiment sensibilisés.

collation-snacks-sans-sulfites

Dois-je les éviter?

Pour les personnes très intolérantes, les éviter peut être une question de vie ou de mort. Il conviendra de se renseigner en lisant les listes d’ingrédients et en posant des questions, notamment dans les restaurants qui doivent être en mesure de vous informer sur leur présence. Plus d’infos sur le site Santé Canada.

En général, nous pensons qu’il est préférable de les éviter autant que possible. En effet, en fonction de votre mode consommation, il est possible de dépasser la dose journalière recommandée par l’OMS (0.7mg/kg de poids corporel par jour). Pour cela, préférez les aliments sans sulfites et biologiques, ainsi que les vins biologiques ou en biodynamie qui en contiennent moins que les vins conventionnels. La réglementation biologique dans le vin par exemple, en Europe comme au Canada et aux USA, limite l’ajout de sulfites. Les vins bio peuvent ainsi en contenir de 30% à 50% en moins. Évitez aussi les plats préparés et industriels bas de gamme.